Guy Jacquin: Aux communistes de l'Ain                                                                                                                                  Bourg Bourg en Bresse le 28/01/2011

Des interrogations, des critiques, des incompréhensions s'expriment dans les échanges sur internet dans l'Ain ce qui m'amène à poursuivre le débat.

C'est triste pour un parti révolutionnaire de savoir que le débat au repas fédéral a tourné autour des informations que nous faisons passer Robert et moi. Ceci dit je pense que les camarades qui se sont exprimés n'ont pas lu les pièces jointes que j'avais envoyées avec mon message du 16 janvier pour m'excuser de ne pas pouvoir participer au repas pour raisons personnelles, , notamment la première pièce dont le contenu était très clair, à savoir qu'elle était basée sur le texte d'Arnaud Spire sur la visée communiste paru dans l'Humanité du 5,1,2011, c'est pour ma part un monument de réflexions, ( ci-joint en pièce jointe). C'est loin d'être des diatribes comme certains me l'on dit, son contenu aurait dû être au cœur des débats. Les deux autres pièces jointes étaient les critiques du livre de Mélanchon et le compte rendu du CN et de l'assemblée des animateurs de sections, cela pour ouvrir des réflexions, et aiguiser l'esprit critique qui tente à disparaitre dans le parti et particulièrement dans l'Ain.

Je regrette que mon texte n'ai pas été lu. Contrairement à ce qui ce dit ce n'est pas une activité fractionnelle, je vous rappelle qu'au moment de notre décision de constituer le réseau Michel Frère, secrétaire fédéral, l'a présenté au comité départemental en s'appuyant sur les statuts.

Ce réseau permet de faire bouger les évènements politiques et ne permet pas à la direction du parti d'être la seule à décider. Je vous renvoie au texte d'Arnaud Spire pour mesurer ses inquiétudes, qui sont aussi les nôtres, vis-à-vis de la direction et de la non-souveraineté des adhérents. Je vous invite à lire attentivement sa déclaration. Il n'est pas le seul à être inquiet, au dernier CN et à l'assemblée des animateurs de section de nombreux camarades ce sont exprimés et il y en aura de plus en plus si on ne permet pas aux communistes de s'exprimer. Je rappelle qu'une centaine de camarades était présente au dernier C.N sur 250 et que un tiers s'est opposé à la direction, cela veut dire que 80 personnes sur 250 ont approuvé les orientations de la direction ; c'est aussi ça la démocratie. Raison de plus pour nous, et pour tous, de poursuivre le débat.

Car c'est bien d'un débat qu'il s'agit, or le débat entre communistes dans l'Ain il n'y en à pas. J'ai demandé à la direction fédérale les assemblées de communistes qui se sont tenues dans le département en dehors des rencontres avec le Front de gauche, aucune réponse donc on peut penser qu'il n'y en a pas eu pour préparer la rencontre nationale.

Dans ce cas, la seule voie qui nous reste c'est internet, c'est triste d'ailleurs que certains dénigrent l'efficacité d'internet au moment où le peuple Tunisien, muselé d'une main de fer par un dictateur mafieu, 11 millions d'habitants, 5 millions de familles, 4 millions d'internautes, réussissent la révolution de "jasmin". La démocratie est l'arme du plus grand nombre qui a fait tomber un dictateur. Les Tunisiens construisent des fronts populaires dans tout le pays.

D'ici le mois de juin j'espère qu'il y aura, selon les statuts plusieurs assemblées de communistes dans l'Ain. Le fonctionnement interne de la fédération est existant , les communistes ne connaissent pas les décisions prises par le C.D, il parait que l'on a encore changé de secrétaire fédéral ou coordinateur.

Pour les cantonales un grand nombre de sections au plan national présente des candidats communistes de large rassemblement, voire de fédérations entières comme la Seine Maritime. ( voir leur blog) qui ne cède pas à la pression du parti de gauche pour affaiblir le PCF. Certaines commencent à être inquiètes de cette aventure dangereuse pour l'avenir du parti.

Pour les présidentielles je vous invite à lire attentivement la lettre aux communistes d'André Chassaigne que Robert Mirabel vous a envoyée, elle est riche d'enseignements politiques notamment la partie "le bilan de six mois de labourage". Aller sur son blog vous pourrez vous rendre compte de ses colères rentrées et contrairement à ce que certains disent il n'a pas été mis en place par le parti, sa candidature est une décision personnelle, il n'a toujours pas le soutien de la direction nationale ce qui fait que la dizaine de candidats potentiels du PS passe dans les télés et radios, la Lepen aussi, la droite on n'en parle pas, elle est la bienvenue sur les chaines publiques, mais André Chassaigne non, voila le dynamisme révolutionnaire et la solidarité politique d'une direction nationale, (voir aussi l'huma du mercredi 26,1,2011 bas de page 6 ) alors que la direction nationale est disponible pour Mélanchon.

Toute notre histoire est marquée par l'importance du parti dans les combats politiques et dans son efficacité sur le terrain. Laisser le champ libre à Mélachon c'est aller à des déboires politiques plus graves que l'expérience Mitterrand.

Le réseau milite pour le "non-effacement du parti" ; Arnaud Spire, André Chassaigne, André Gerin, et beaucoup d'autres aussi.

Mais ce qui fait le plus mal c'est que certains camarades, pour justifier notre recul électoral, avance une argumentation sur la déconsidération historique du pcf du fait de notre soutien à l'ex-URSS. Excusez-moi mais je voudrais rappeler que notre parti n'a pas de sang sur les mains et qui depuis 1976 avec Jean Kanapa il a coupé le cordon ombilical avec l'URSS et les pays de l'est et depuis plus longtemps encore nous avons coupé avec l'internationale communiste et qu'en aucun cas nous sommes responsables de ce "cauchemar". Même si la droite et ses extrêmes travaillent inlassablement sur ces thèmes contre nous, cela fait un demi siècle que le pcf travaille pour son autonomie, et sur ses valeurs : la Résistance, le programme du Conseil National de la Résistance, Ambroise Croizat et la sécurité sociale, Marcel Paul et l'énergie, Maurice Thorez et la fonction publique etc etc. c'est de cela qu'il faut qu'on parle et qu'on défende. Cette histoire , habilement entretenue pour nous porter des coups, pèse sur certains.

Par contre je pense que l'on a insuffisamment analysé les trois dernières décennies de notre engagement politique en France, en Europe et dans le monde, et là nous sommes les seuls responsables.

Je voudrais prendre un seul exemple : le passage de Robert Hue à la direction du parti, la mutation avec ce qui en a découlé, son livre "la mutation" qui a jeter le bébé avec les eaux sales, la casse des structures du parti, etc... Où est-il aujourd'hui. Autre exemple, la gauche plurielle, avec notre participation au gouvernement, mal gérée politiquement ; que n'a-t-on pas dit pendant cette période, nombre de contestations de syndicalistes, d'élus, de militants communistes, sur les premières attaques contre la sécurité sociale, de l'ouverture de certaines entreprises nationales au capital privé, ou le début des délocalisations d'entreprises. La direction nationale a persévéré dans cette voie, des députés communistes se sont opposés à ces dérives, certains n'ont pas voté à l'Assemblée Nationale, et après l'échec, Marie George Buffet a été obligée de reconnaitre que nous avions fait des erreurs.

Je pense sincèrement que le front de gauche ne damera pas le pion à Marine Le Pen et aux abstentionnistes, deux grands dangers pour cette élection. Par contre le Parti communiste avec son programme et un appel à un large rassemblement de toutes les forces de gauche et progressistes, celà serait possible mais une fois de plus c'est l'histoire qui va trancher mais on ne crée pas toutes les conditions pour que les communistes soient propriétaires de la décision.

Voila ce que je voulais vous dire. Vous pouvez compter sur notre vigilance pour faire vivre et renforcer le PCF

Guy Jacquin