Ci-joint l'appel de communistes de l'Ain pour l'expression démocratique des communistes dans le cadre des élections Présidentielles de 2012.

Faites connaître ces objectifs lors des assemblées générales de communistes.

2012 : Une candidature communiste est toujours possible ! lundi 2mai2011


PREMIERS SIGNATAIRES

Bouilloux Jean Pierre ; Bouilloux Martine ; Burgat Jacqueline ; Dos Santos Marcelle ; Guidon Raphaéla ; Jacquin Guy ; Mirabel Colette ; Mirabel Robert ; Païs Jean ; Paîs Odile ; Périchon Mireille ; Piola Nicole ; Roustit Fernand ; Seux Micheline ; Seux Philippe.



Le réseau "faire vivre et renforcer le pcf" de l'Ain c'est réuni le 2 mai 2011 pour proposer aux communistes de l'Ain de débattre sur l'idée qu'une candidature communiste en 2012 est toujours possible.

Quand une vingtaine d'entre nous , avons signé l'appel pour une candidature communiste, les principaux, reproches que l'on nous faisait c'est que l'on cassait le débat, que rien n'était règlé etc etc.

Le conseil national des 8 et 9 avril a confirmé nos inquiétudes. Pierre Laurent et la direction du pcf veulent imposer la candidature de Jean Luc Mélachon à l'élection présidentielle de 2012.

C'est la première fois dans l'histoire du parti qu'un secrétaire national et sa direction soutiennent un candidat d'un autre parti de gauche un dissident PS mais socialiste et fier de l'être sans avoir fait exprimer démocratiquement les communistes et sans avoir avancé sur un accord politique permettant de transformer la société et répondre à toutes les aspirations de notre peuple, répondre à l'attente des millions de personnes qui sont descendues dans la rue.

André Chassaigne au CN de janvier 2011 disait notamment : "La seule préoccupation que nous devons avoir ,la seule, c'est de savoir comment nous pouvons être utiles pour améliorer la vie des gens, la vie de nos concitoyens", pour répondre à ces attentes il nous faut un "Projet véritablement anticapitaliste".Il doit être de même pour promouvoir et défendre une perspective, de plus en plus d'actualité, dans les luttes et les votes : la construction d'une autre société solidaire.

En renonçant à un candidat communiste aux élections présidentielles, la direction du parti constitue une première étape pour tous ceux qui veulent faire du Front de gauche une nouvelle organisation. La direction du PCF confirme son choix de cet effacement du PCF et valide les inquiétudes de ceux qui pensent que le Front de gauche est d'abord une tentative de liquider le pcf et de créer une nouvelle force politique.

Les candidatures communistes ont été éliminées d'office. André Chassaigne qui se présente dans le cadre du front de gauche, est lui aussi sacrifié, la direction a ignoré sa campagne de terrain, elle ne dit pas ce qu'elle pense de sa candidature.

En l'état des candidatures au sein du Parti, ils nous semble que la candidature d'André Chassaigne pourrait rassembler les communistes. Ceci dans la mesure où des propositions contre la politique de la droite et du MEDEF seraient élaborées, dans un cadre rassembleur, s'engageant vers une véritable alternative politique pour une société où les banques et les actionnaires du CAC40 ne dicteraient plus la loi en faveur de leurs profits. Ne pas imposer cette démarche c'est renoncer au changement politique. Le réseau appelle les communistes à se rassembler et à agir pour battre la proposition Mélenchon, porteuse de l’effacement du PCF.

Les communistes doivent avoir le droit de choisir leur candidat pour la présidentielle 2012.

Il est clair que la décision de la direction est prise depuis plusieurs mois.

A ce jour, les éléments de réflexion qui pourraient amener les communistes à choisir la candidature, d'André Chassaigne, éléments qui ont été largement développés par plusieurs membres du Conseil national, ne sont toujours pas portés à la connaissance des communistes. Nous devons en débattre.

Pour faire accepter une décision qui fait mal aux communistes, la direction manie le chantage : "Nos partenaires du Front de gauche n’accepteraient pas un communiste". Comme cela c'est passé lors des débats avec les comités antilibéraux qui n'ont pas accepté le vote majoritaire qui avait désigné Marie Gorges Buffet comme candidate.

Comment la direction peut-elle affirmer que l’accord proposé serait bénéfique pour les législatives alors que le PG et la Gauche unitaire en sont les principaux bénéficiaires au vu de leur nombre actuel, très réduit, de députés ? exemple : leurs exigences aux régionales ou aux dernières cantonales le maintien au deuxième tour de candidats face à des communistes sortants. Et quid du Groupe communiste à l’Assemblée nationale ?

La direction a-t-elle déjà accepté la perte d’autonomie et la mise sous tutelle du PCF. Cela éclaire sur les objectifs réels du Front de gauche.

Refusons le diktat de la direction, ce n’est pas le moment de baisser les bras !

De nombreuses voix s’élèvent pour réclamer un candidat communiste. Dans la diversité des analyses et des opinions, favorables ou pas au cadre Front de gauche, un fil rouge unit tous les partisans d’une candidature communiste : ils rejettent l’idée que l’effacement du PCF serait nécessaire au rassemblement et veulent un parti communiste qui tienne sa place dans la bataille nationale.

Ils ont la conviction qu’un candidat communiste est le meilleur atout pour rassembler largement tous ceux qui aspirent à battre la droite et Nicolas Sarkozy et qui pensent qu’il faut mettre en place en France une politique de rupture avec le capital et ce quel que soit le cadre choisi pour cette campagne des présidentielles.

Les possibilités d’unité des communistes sur un candidat qu’ils désigneraient sont réelles. La candidature Chassaigne peut permettre de sortir du piège dans lequel la direction veut nous enfermer.

Et si les communistes imposaient la candidature communiste ?

Choisir Mélenchon n’est pas anodin et aura à coup sur des conséquences pour l’après présidentielles et l’avenir du PCF.

Sortons du traumatisme du mauvais résultat de Marie-Georges Buffet en 2007 ! Les éléments de confiance existent pour décider d’une candidature communiste. La crise sociale et politique pousse à la rupture avec le capitalisme, à imaginer un autre système politique. Aux législatives comme aux présidentielles, l’opportunité existe de mettre en débat les propositions des communistes, pourquoi pas d’aborder le socialisme.

Les élections cantonales de 2008 et 2011 ont montré qu’il n’y a pas de fatalité au déclin du PCF.

Les débats organisés avec André Chassaigne et André Gerin confirment les potentialités de nos candidats.

Dans nos cellules, sections, dans la fédération de l'Ain, créons les conditions d’un large débat, organisons avant la Conférence nationale le vote des communistes pour désigner leur candidat, soyons intraitable sur la démocratie dans le parti, le respect des paroles et des faits dans les compte-rendus qui seront transmis à la direction, l’élection de délégations représentatives pour la Conférence nationale.

Plus que jamais, l’appel "Pour une candidature communiste en 2012" est un outil pour débattre et convaincre.

Quelles que soient les difficultés présentes, regardons l’avenir. Cette bataille comptera pour l’unité des communistes et pour faire vivre et renforcer le PCF.